SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'fowwV9UHxkeaVCt98mFUxLT65PxzWqo2FKpqK9X7k286us5sFBd2cXZ8CnypDNi8' for key 'sid'SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'MdaVlWta3xJcJq8knfLpW0Gc3fsmmhsYlsKwf4x8r6b1macAfNP1Dl4xqmJDt1rE' for key 'sid' Éditions Michel de Maule | Livres
Carousel Image
ISBN
2-87623-253-2
Format
150 x 210
Page
224p.
Prix
19 €
Histoire

Histoires d'empoisonneuses d'hier & d'aujourd'hui

Bernadette Castelbajac (de)

Le poison est-il vraiment passé de mode ? Pas si simple! Les faits regorgent encore d’assassinats subtils où des substances nouvelles sont en jeu. Depuis toujours, la jalousie, l’appât du gain, la vengeance ou l’ambition ont provoqué le meurtre. Les interrogations fusent à l’autopsie, et la police (aujourd’hui scientifique) recourt à toute une panoplie d’outils et d’analyses. Dès lors la question se pose : comment prouver l’empoisonnement? Le poison au cours des siècles est devenu de plus en plus indécelable. Il se dissimule dans les plats, dans le vin, mais imprègne aussi bien des gants qu’une lettre, se vaporise sur des fleurs ou des fruits…
Quant à la palette des poisons, elle est vaste: l’arsenic, déjà utilisé par les Grecs ; la litharge ou « pierre d’argent »; l’eau-forte; les sublimés ou sel de mercure; mais également le venin de vipère, le sang de crapaud ou le verre pilé… et aujourd’hui de discrètes formes chimiques ou bactériologiques.
Bernadette de Castelbajac examine en autant de petits récits les cas d’empoisonnement les plus célèbres (ou moins connus) de l’Antiquité à nos jours, avec toujours cette même évidence: un bon poison vaut mieux qu’un long discours…