SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'YL3VdYRmGkhYl41EngmzSjAYboQKMGaBh3mkR4xofFdqz5VMb8cTiCIkRoUtVUU2' for key 'sid' Éditions Michel de Maule | Livres
Carousel Image
ISBN
2-87623-551-9
Format
150 x 210
Page
112p.
Prix
17 €
Histoire

Journal de la jeune Lydia 1913-1914

Lydia della Faille de Leverghem

Après le décès en 1911 de Madame Alexandre della Faille de Leverghem, ses descendants continuent à vivre sur le domaine du Lackbors, situé à Deurne près d’Anvers, où chacun a construit sa demeure.

On se voit beaucoup, on se rencontre dans les allées, on va chez l’un et l’autre, tous cousins, tous unis par un puissant esprit de famille. Une propriété s’appelait à cette époque une campagne. Gustave, le père de Lydia, y côtoie ses quatre frères, Gaston, Jules, Ludovic (dit Fio) et Henry.

En 1914, Gaston et Ludovic sont encore célibataires, et l’ardente Lydia parle beaucoup de ces jeunes oncles dans son journal. La guerre bouleverse cet état idyllique. On verra la famille partant au gré des rumeurs, tantôt à Anvers, tantôt dans leur campagne de Deurne, subissant l’attaque de zeppelins, ou l’attente des obus.

La Belgique tout entière semble une vaste fourmilière affolée de gens courant en tous sens, perdant le nord, ne sachant où se réfugier, où déposer en lieu sûr leurs biens transportables. Mais elle est aussi grandie par cette vague patriotique qui anime la jeune Lydia à vouloir « soigner les blessés » et pousse les oncles si séduisants à prêter leurs propriétés aux armées et à s’engager au combat.

Présidente du P.E.N. Club belge, vice-présidente du Centre Marguerite Yourcenar, membre du jury du Prix Simone Veil, Huguette de Broqueville a publié entre autres : « On ne répond pas à un crapaud » (Calmann-Lévy, 1968), « L’étrange volupté de la mathématique littéraire » (Jacques Antoine, 1983), « Uraho ? Es-tu toujours vivant » (Mols, 1997) et aux éditions Michel de Maule : « Lydia, l’éclat de l’inachevé » (2007), « Tentation » (2009), « Les Indignations de la Bécasse » (2011).