SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'yQwg5S5WXyr2DOvOrH5PpdHssEePF9Y4PlaK36xQuOJYt4CLCyrSCYaVteAZdpTS' for key 'sid'SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'YIH59f5syhNFdK3D7EUUWP5Xg5AOHgKvPirPnm7MuLhyla2jFM4ssZgyVHcsNNOs' for key 'sid' Éditions Michel de Maule | Livres
Carousel Image
ISBN
2-87623-564-9
Format
150 x 210
Page
368p.
Prix
24.9 €
Histoire

Les Relations entre la France et la Suède de 1748 à 1848
Une amitie amoureuse

Marianne Molander Bayer & Franck Favier

Depuis le haut Moyen-Âge, la Suède et la France entretiennent des relations suivies au point que l’on a pu parler d’une Amitié millénaire. Celle-ci a connu son apogée à l’époque des Lumières au cours du XVIIIe siècle, siècle de rencontre des deux nations. La civilisation française au zénith de son influence, pénétra à Stockholm, comme dans toute l’Europe : pratique de la langue, architecture, peinture, mœurs… l’influence française appuyée par sa diplomatie devint prépondérante. Pour autant, relation veut aussi dire réciprocité et si les Suédois firent le voyage vers la France, les Français firent de même vers la Suède pour rencontrer en particulier les scientifiques comme Linné. Chacun à différents niveaux inspira l’autre, les échanges épistolaires se multiplient, au point  qu’une amitié amoureuse entre les deux pays puisse être évoquée, en particulier pendant les règnes de Gustave III (1772-1792) et de Louis XVI (1774-1792), relation largement entretenue par les diplomates Vergennes, Creutz, De Staël, Alquier.

Mais toute relation connaît des évolutions et des moments de tourmente. La Révolution française, diversement appréciée en Suède, provoqua une première rupture entre les deux pays et il fallut l’élection surprise comme prince royal de Suède, d’un maréchal d’Empire, Bernadotte, pour ranimer la flamme entre les deux pays, flamme bien vite éteinte par la guerre entre les deux nations.

Après 1815, malgré les aléas de l’histoire, l’amitié reprit, certes de façon moins intense du fait de la concurrence germanique, à travers les rencontres de scientifiques, d’intellectuels et de voyageurs à la découverte des deux pays.

Le but de cet ouvrage est  de montrer la réciprocité de cette étonnante relation à travers les témoignages, les regards croisés des uns et des autres qu’ils fussent de nature diplomatique, artistique, épistolaire ou narration de voyage et d’auteurs aussi divers que Gustave III, le savant Berzélius, le peintre Roslin, Madame de Staël ou encore l’académicien français Xavier Marnier.