SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'oYl6DStrSM0rZPKbzp2Gr5EOUMHhjUKxIWubFOtnqkEg0fhpuaWL6qqR3XYcHzAf' for key 'sid' Éditions Michel de Maule | Livres
Carousel Image
Voir l'argumentaire
En librairie le 2 Juin 2016
ISBN
2-87623-654-7
Format
125x170
Page
120p.
Prix
10 €
Littérature

Le dernier baiser de Mozart

Alain Teulié

Nous sommes à Vienne, une fin de journée, au mois de décembre 1791. Mozart est mort depuis quelques jours. Constance, sa veuve, a demandé à Franz Xaver Süssmayr de lui rendre visite, chez elle, Rauhensteingasse. Elle a vingt-huit ans. Süssmayer en a vingt-quatre. Depuis quelques temps, le jeune homme était un élève de Mozart, mais aussi son copiste, son tourneur de page, son homme à tout faire. Les deux hommes se voyaient souvent. Constance aussi, voyait souvent Franz. Il l’accompagnait lorsqu’elle allait en cure, à Baden. Ils se sont rapprochés l’un de l’autre, et ont été amants. Mozart s’en doutait, mais lui aussi avait ses aventures. Ce soir là, plusieurs enjeux seront évoqués. Leur relation, tout d’abord. Que devient l’amour naissant d’un amant, lorsqu’un mari disparaît ? Surtout lorsque ce mari s’appelle Wolfgang Amadeus Mozart ? Et que Franz Xaver doit-il faire de ses doutes, concernant le dernier enfant du couple ? Il porte le même prénom que lui, Franz Xaver. Franz Xaver Mozart… C’est troublant, bouleversant, pour ce jeune homme qui a l’impression d’être père, et qui veut désormais savoir la vérité. Mais plus que tout, Süssmayr a un souhait. Plus fort encore que l’amour et que la paternité. Il s’agit du Requiem… Ce Requiem que l’on a commandé à Mozart, peu avant sa mort, et qu’il n’a pu achever. Il avait reçu une avance, et si la partition n’est pas retournée, Constance devra rembourser les ducats. Süssmayr le sait. De plus, Wolfgang lui a demandé, sur son lit de mort, d’achever cette messe. Il lui a donné des indications. Süssmayr veut aider Constance, et lui permettre de recevoir les ducats promis. Mais il veut aussi lui prouver son talent. Ce Requiem, il en ressent l’importance pour lui-même, également. Depuis la mort de Mozart, il est envahi par ce désir : achever l’œuvre du Maître. Mettre un point final au Requiem, comme une mission divine, un élan vital…