SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'JUKwCXLNWTJx09mdGWxtOv9EzifSjoIT8ifB5ReSBOgrNsvjeTDTeCnEKtnUHWDF' for key 'sid'SQLSTATE[23000]: Integrity constraint violation: 1062 Duplicate entry 'oQGbJms1ZxHEr7uirDvZtLrHo6hH9kLo0hpAtIrj5YNnV8wdCR3WtltHiBeiLPwC' for key 'sid' Éditions Michel de Maule | Livres
Carousel Image
Voir l'argumentaire
En librairie le 10 Janvier 2018
ISBN
2-87623-682-0
Format
148x210
Page
p.
Prix
20 €
Littérature

Le ministre de passage

Jean-Louis Leconte

Jullet 2020. La France se remet de la crise qui a paralysé le pays pendant plusieurs mois. Invité sur le plateau de la dernière grande émission politique de la saison, Tobias Herschel, le nouveau et brillant ministre de l’économie et des finances craque : il reconnaît son impuis-sance, affirme ne plus croire à cette prétendue science économique et avoue que sa vocation première était le théâtre. Est-ce la fatigue accumulée, est-ce le choc de s’être retrouvé de manière inattendue devant une journaliste qu’il a passionnément aimée et qu’il n’a jamais revu après l’avoir brutalement quitté vingt-cinq ans auparavant, toujours est-il que c’est un véritable suicide politique qu’il vient de commettre devant des millions de téléspectateurs !
Contraint à la démission, chassé par sa femme, à 52 ans, en une soirée, Tobias a tout perdu ou presque… Moins de trois semaines plus tard, ce sera au tour de son successeur de traverser la fenêtre de son bureau pour aller s’écraser six étages plus bas dans la cour de Bercy. Jamais un « ministre de passage » n’aura autant mérité d’être ainsi désigné par son administration. Malédiction ? Non, car en réalité derrière ces deux événements, il y a un seul et même homme : Arthur Blanchot, un obscur analyste financier, qui adore les chiffres, déteste le crédit, a peur des hommes, plus encore des femmes et méprise l’incompétence de ses ministres.
Deux hommes qui auraient pu ne jamais se rencontrer, deux destins brisés mais diver-gents, l’un tentant de retrouver le jeune homme qu’il a été quand l’autre finira par se perdre dans l’univers rassurant des chiffres…